Efficacité du Programme en matière de perte de poids et analyses hémato-chimiques

Sous la direction du Centre de Recherches Bioimis avec la collaboration de la Dr Marchetti D., experte en Sciences Statistiques

INTRODUCTION

L'obésité était rare avant le XX siècle, par contre maintenant obésité et épidémie sont devenues presque synonymes et les données italiennes reflètent les prévisions peu roses des estimations des données épidémiologiques. Effectivement en Italie nous trouvons 35% de la population en surpoids et 10% obèse[3]. L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) l'a reconnue officiellement comme une épidémie globale. [1]

En 2005 l'OMS estimait qu'au moins 400 millions d'adultes (9,8%) étaient obèses, avec des taux plus élevés pour les femmes par rapport aux hommes[2]. Selon le septième rapport de l'Institut Auxologique de Milan (Italie) sur l'obésité, publié l'année dernière, entre 45 et 64 ans uniquement un homme sur trois a un poids normal, alors que pour les femmes, le rapport est d'un à un. Les enfants de huit ans, l'âge du pic, 36% est en surpoids ou obèse. L'obésité est en train de suivre un trend d'aggravation de 2,5% tous les 5 ans. [3]

OBJECTIF

Le but est d'évaluer une méthode pratique et rapide pour la perte pondérale et l'amélioration de la santé et qui utilise exclusivement les propriétés biochimiques des aliments, sans donner des indications sur la quantité et les calories. La méthode utilisée a été le Programme Alimentaire Bioimis.

MATÉRIELS ET MÉTHODES

L'échantillon pris en examen est composé de personnes d'un âge moyen de 43,8 ans, l'âge va de 18 à 82 ans (avec un minimum de 18 ans et un maximum de 82 ans). Les hommes ont en moyenne un âge majeur (45,1 ans), les femmes sont plus jeunes (43,3 ans).

La taille moyenne est de 1,65 mètre, avec un minimum de 1,20 et un maximum de 1,92.

L'échantillon en examen a suivi une alimentation sans limite de quantité d'aliments et d'huile d'olive extra vierge selon les indications du Programme Alimentaire Bioimis. Chaque personne a reçu un menu composé d'un petit-déjeuner, un déjeuner et un dîner à respecter pendant 2 jours consécutifs, le deuxième jour la personne téléphonait et elle recevait le menu successif pour 2 autres jours.

Pour l'analyse suivante, tous les clients ont été considérés indépendamment du nombre de mois utilisés en Forme Idéale.

On reporte le tableau avec les fréquences des clients par nombre de mois de Forme Idéale :

Dans l'échantillon utilisé pour les analyses, sont présentes des personnes avec quelques pathologies comme le diabète, l'hypertension et les maladies de la thyroïde.

Plus précisément, environ 7% de l'échantillon est diabétique, 3% a une altération de la fonction de la thyroïde et 22% est hypertendu.

RÉSULTATS

En considérant la typologie des variables à analyser (quantitatives) et ayant comme objectif la comparaison de certaines valeurs à deux moments différents (au début et à la fin du traitement), l'instrument statistique le plus adapté pour ce genre d'analyses est le t test pour les données appariées[1]. Ce test confronte le classement moyen des deux groupes et permet de comprendre si la différence entre les deux moyennes est due au hasard (c'est-à-dire liée à l'échantillon pris en considération) ou si on peut la définir statistiquement significative (c'est-à-dire réelle, d'une certaine importance et valable pour toute la population).

Avant d'appliquer le t test, il est nécessaire d'évaluer l'égalité des variances des deux groupes pris en considération (dans ce cas le groupe des sujets est unique et pris à deux moments différents). Pour faire cette évaluation, on utilise le test rapport entre les variances statistiques[2], donc avant chaque t test, le test sur les variances sera reporté (il ne sera pas commenté car il n'a pas une importance conceptuelle pour cette étude mais uniquement pratique).

Pour chaque variable intéressante, un tableau de synthèse est reporté avec les valeurs minimales, maximales, les valeurs moyennes et le nombre utilisé (il varie pour chaque variable à cause de la présence).

Poids

Le poids moyen initial est de 91 kg, avec une valeur minimale de 41 kg et une valeur maximale de 217 kg. Après le traitement les valeurs ont tendance à être plus basses : le poids moyen diminue de 7 kg et devient 84 kg, la valeur minimale devient 44 kg et la maximale 186 kg.

Avec les valeurs moyennes obtenues en divisant l'échantillon en deux groupes par rapport au sexe, les hommes semblent avoir une perte de poids majeure grâce au traitement (différence des moyennes de 9 kg) comparé aux femmes (différence de 7 kg).

Grâce à l'analyse des concordances des moyennes on pourra comprendre si ces différences sont liées au hasard de l'échantillon utilisé ou bien si on peut les reporter à toute la population.

Pour l'échantillon général ainsi que pour les échantillons divisés par sexe, utiliser le t test par groupes de variance différente a été nécessaire. Effectivement le groupe "après le traitement" résulte avoir une variance différente du groupe "avant le traitement". Ceci signifie que les deux groupes ("avant" et "après") ont une variabilité différente (dans le cas de l'échantillon général ainsi que dans celui des hommes et des femmes).

Le t test est significatif pour toutes les comparaisons, ceci signifie que les moyennes de poids "avant" sont incontestablement différentes des moyennes "après" le traitement, avec une valeur-p inférieure à 0,0001.

En plus du test reporté sur le tableau, le t test unilatéral qui aide à comprendre la direction de l'inégalité (c'est-à-dire comprendre quelle des deux moyennes est majeure) a été utilisé. Dans le cas du poids, le test unilatéral reporte une valeur-p inférieure à 0,0001 pour la perte de poids : le poids "après" est en moyenne inférieur au poids "avant", pour l'échantillon général ainsi que celui des hommes et celui des femmes.
En moyenne la perte de poids pour l'échantillon général est de 10,7 kg, le client qui a perdu le plus de poids a maigri de 39 kg, alors que le client qui a obtenu le moindre résultat a pris 2 kg.
Pour le groupe des femmes, la perte de poids moyenne est de 9,9 kg, avec une perte maximale de 24 kg (la perte minimale a été de -2 kg, c'est-à-dire une augmentation du poids).

Pour le groupe des hommes, la perte de poids moyenne est de 13,3 kg, avec une perte minimale de -1,1 kg et une perte maximale de 39,4 kg.

Pour étudier la perte de poids obtenue pendant le mois de Forme Idéale, une analyse de la variance a été faite pour étudier la perte de poids entre les deux sexes.

Le résultat est en conformité avec les affirmations des passages précédents : les deux groupes sont significativement différents (test F = 111,16 avec p.value < 0,001). Cela signifie que le sexe du client a une influence sur les kilos à perdre.

BMI

Le BMI initial moyen est de 33 pour l'échantillon général, 35,2 pour les hommes et 32,8 pour les femmes. La valeur moyenne à la fin du traitement est de 30,8 pour l'échantillon total, 31,1 pour les hommes et 30,3 pour les femmes.

Le groupe des femmes reporte une majeure fluctuation, avec une valeur minimale qui va de 17 pour le BMI initial et 18 pour le BMI idéal jusqu'aux valeurs maximales de 69,2 pour le BMI initial et 63,7 pour le BMI idéal.

Les résultats du t test pour le BMI sont similaires aux résultats obtenus pour le poids moyen (effectivement le BMI est une transformation du poids) : le t test est significatif pour tous les échantillons, ceci signifie que le BMI initial est nettement différent du BMI idéal.

Précisément, le test unilatéral, le BMI initial est majeur (valeur-p inférieure à 0,0001) à celui idéal.
En général la différence moyenne est de 3,9 points, avec une valeur minimale de -0,9 et une maximale de 11,5.
Pour le groupe des hommes la différence moyenne des points "avant" - "après" est de 4,3 points (avec un minimun de -0,3 et un maximum de 11).

Pour le groupe des femmes la différence moyenne des points est de 3,8 avec une valeur minimale de -0,9 et une maximale de 8,9.

Cholestérol total

 
Au début du traitement, le cholestérol moyen est de 205 mg/dl pour l'échantillon général (203 pour les hommes et 205 pour les femmes). À la fin du traitement le paramètre diminue et arrive à 197 mg/dl pour l'échantillon général (193 pour les hommes et 198 pour les femmes).
 
L'échantillon général reporte des valeurs moyennes "avant" - "après" nettement différentes (valeur-p 0,01), cette différence résulte majeure pour le groupe des femmes et légèrement moins significative pour le groupe des hommes (valeur-p 0,04).

En considérant l'hypothèse unilatérale, on comprend plus précisément que le cholestérol idéal est en moyenne inférieur au cholestérol initial (valeur-p <0,01).

Si l'on prend en considération uniquement le groupe des hommes, la différence est évidente : le cholestérol total idéal est différent du cholestérol initial, plus précisément il est majeur de celui initial (hypothèse alternative avec valeur-p < 0,001).

Pour le groupe des femmes la différence entre le cholestérol initial et idéal résulte très évident (valeur-p de 0,001). Dans ce cas également, le cholestérol idéal est mineur (valeur-p hypothèses unilatérales de 0,0003) par rapport au cholestérol initial.

En moyenne le cholestérol diminue de 8 mg/dl, avec une perte maximale de 170 mg/dl et une perte de -134 mg/dl (c'est-à-dire une augmentation).

Pour le groupe des hommes la différence est de bien 10 mg/dl (perte minimale de -134 et maximale de 170), alors que pour le groupe des femmes, elle est de 6 mg/dl (valeur minimale de -120 et valeur maximale de 165).


                

HDL

HDL initial est de 53,3 mg/dl pour l'échantillon général, 43,5 mg/dl pour les hommes et 57,2 mg/dl pour les femmes. Après le traitement l'HDL devient 50,2 mg/dl pour l'échantillon général, 41,8 mg/dl pour les hommes et 56,6 mg/dl pour les femmes.

Pour l'échantillon général et pour le groupe des femmes les moyennes des taux HDL "avant" - "après" résultent statistiquement très significatifs, alors que l'importance diminue (valeur-p de 0,03) pour le groupe des hommes.

Si l'on considère les hypothèses unilatérales, il en résulte une diminution du taux HDL avant et après le traitement (valeur-p < 0,001 pour les femmes et l'échantillon général, pour les hommes valeur-p égale à 0,01). Les taux d'après résultent donc inférieurs aux taux initiaux.

LDL

Les valeurs initiales du paramètre LDL sont de 126 mg/dl pour l'échantillon général, 127 mg/dl pour les hommes, 125 mg/dl pour les femmes. À la fin du traitement ils sont de 127 pour l'échantillon général, 131 pour les hommes et 126 mg/dl pour les femmes. Il ne semble donc pas y avoir de différences substantielles.

Même le t test confirme l'égalité des moyennes pour les échantillons "avant" et "après" le traitement. Les petites différences enregistrées ne sont donc pas significatives mais sont simplement liées à l'échantillon "choisi".

Hbglic

Les niveaux HbA1c initiaux sont de 5,7% pour le groupe général, 5,7% pour les hommes et 5,5% pour les femmes. Les valeurs finales sont de 5,4% pour le groupe général, 5.5% pour les hommes et 5,3% pour les femmes. Les valeurs ne semblent pas particulièrement différentes mais le t test vérifiera l'inégalité.

Même si les différences sont minimes, le t test confirme une réelle différence entre le groupe "avant" et le groupe "après" le traitement (que ce soit dans le cas général, ainsi que pour le groupe des hommes et celui des femmes).

Plus précisément, les niveaux de l'HbA1c initiaux peuvent être considérés majeurs au début du traitement (valeur-p hypothèse unilatérale inférieure à 0,001).

Pour l'échantillon général la perte moyenne de HbA1c est de 0,36 % avec une perte maximale de 5,2 % et une perte minimale de -1,9 % (c'est-à-dire une augmentation).

Pour le groupe des hommes la perte moyenne est de 0,51 % avec un minimum de -1,9 % et un maximum de 4,8 %.
Pour le groupe des femmes la perte moyenne pendant le traitement est de 0,30 %, avec une perte maximale de 5,2 % et une perte minimale de -1,2 %.

Glycémie

La valeur de la glycémie initiale est de 100 mg/dl pour l'échantillon général et après le traitement, la valeur descend à environ 90 mg/dl. Pour le groupe des hommes la valeur est de 109 mg/dl au début et de 92,6 mg/dl à la fin. Pour le groupe des femmes la valeur est de 94,6 mg/dl au début et de 89 mg/dl à la fin. Pour le groupe des hommes une valeur maximale de 346 mg/dl est présente, peut-être "trop extrême" et il serait nécessaire une vérification pour contrôler l'authenticité de telle donnée.

Pour les 3 échantillons pris en considération, on enregistre une différence significative de la glycémie au niveau 0,001 des valeurs "avant" et "après". En considérant l'hypothèse unilatérale, une diminution significative de la glycémie (valeur-p 0,001) est mise en évidence.

Pour l'échantillon général la diminution moyenne de la glycémie est de 9,9 mg/dl, pour les hommes la différence est de 16,5 mg/dl, pour les femmes elle est de 7,4 mg/dl.

Triglycérides

Le TDG moyen pour l'échantillon général est égal à 134 mg/dl avant le traitement et descend à 97 mg/dl après le traitement. Pour les hommes, la valeur moyenne initiale est de 179 points, à la fin du traitement elle est de 117. Pour les femmes, la moyenne initiale est de 116 mg/dl, à la conclusion du traitement elle est de 90,2 mg/dl.
Dans le groupe des hommes, une valeur maximale de 930 points est présente, valeur beaucoup plus élevée pour les triglycérides mais ce n'est pas dû à une erreur de frappe. En fait, un des clients avait cette valeur. Pour une analyse plus approfondie, il faut prendre en considération la possibilité d'éliminer cette donnée car elle appartient à un seul cas très particulier et pas commun. Pour l'analyse en question elle a été considérée.

Pour tous les échantillons la moyenne initiale est significativement différente de la moyenne à la fin du traitement. Grâce au test unilatéral (valeur-p < 0,0001) nous enregistrons que les valeurs moyennes à fin traitement sont inférieures aux valeurs moyennes initiales, plus précisément, pour l'échantillon général la diminution moyenne est de 37 points, pour les hommes la diminution est de 63, pour les femmes elle est de 26 points.

Azotémie

L'azotémie initiale et celle finale ne reportent pas de valeurs très différentes : pour le groupe général les valeurs sont de 32,8 et de 33,6 mg/dl, pour les hommes 35,5 et 38,8 mg/dl, pour les femmes de 31,9 et 31,6 mg/dl.


Grâce au t test, il sera possible de comprendre si la différence est significative ou bien si elle peut être considérée occasionnelle (c'est-à-dire liée à un échantillon spécifique).

Des valeurs-p reportées sur le tableau (toutes majeures de 0,05) nous pouvons retenir que la différence entre les valeurs de l'azotémie "avant" et celles "après" ne sont pas significatives. Les hypothèses unilatérales ne reportent pas non plus des résultats significatifs.

Pour cette valeur, on n'enregistre donc pas une différence entre les valeurs "avant - après". 

                

Créatinine

Les valeurs moyennes de la créatinémie initiale sont de 1 mg/dl pour l'échantillon général, 1,8 mg/dl pour les hommes et 0,75 mg/dl pour les femmes. Les moyennes après le traitement sont de 1 mg/dl pour l'échantillon général, 1,6 mg/dl pour les hommes et 0,78 mg/dl pour les femmes.

Comme nous pouvions l'imaginer en regardant le tableau précédent, pour l'échantillon général il semble qu'il n'y ait pas de différence entre les moyennes d'avant et d'après le traitement (valeur-p 0,23). Ceci est également le résultat pour l'échantillon des femmes (valeur-p 0,26). Uniquement pour l'échantillon des hommes, nous constatons une différence significative, mais ceci est probablement dû aux valeurs extrêmes atteintes par ce groupe pour la créatinémie initiale (91) ainsi que pour celle idéale (62,8). Dans ce cas aussi il faut évaluer la possibilité de ne pas considérer ces valeurs.

CONCLUSIONS

En conclusion nous pouvons affirmer que le traitement a des effets sur la plupart des valeurs considérées.
Effectivement, en résumant les résultats nous obtenons :

  • Une diminution significative du poids (et également du BMI étant une fonction du poids), du cholestérol total, du cholestérol HDL, de l'hémoglobine glyquée (HbA1c), de la glycémie et des triglycérides ;
  • Pour la créatinémie, le cholestérol LDL et l'azotémie, des variations significatives ne sont pas enregistrées.

DISCUSSION

Comme nous l'avons déjà dit, le Programme Alimentaire Bioimis est structuré en deux Programmes, dont le premier constitue un régime diététique "non conventionnel" parce que dans l'optique d'optimiser la perte de poids, il attire l'attention sur l'action biochimique des aliments. L'objectif de cette première observation est celui de vérifier la réponse de l'organisme à ce régime alimentaire, afin d'exclure des problèmes relevants pour la santé du client, avec une particulière attention à la fonction rénale, considérée "élément à risque" dans les régimes alimentaires avec teneur protéique supérieure à celle indiquée dans le régime méditerranéen. À ce propos, nous pouvons considérer les résultats satisfaisants.

Actuellement est en cours un monitorage continu de ces clients qui nous ferons parvenir des examens de contrôle après trois mois de maintien et à la fin de la première année du Programme.

BIBLIOGRAPHIE

Caballero, «The Global Epidemic of Obesity».;

«WHO | Obesity and overweight».

Institut Auxologique Italien, «7° Rapporto sull’obesità in Italia - Obesità e genetica: oltre lo stile di vita».

Institute of Medicine of the National Academies: Dietary reference intakes for energy, carbohydrate, fiber, fat, fatty acids, cholesterol, protein, and amino acids (macronutrients). Wash- ington, DC , National Academies Press; 2002.

Joint Position Statement: nutrition and athletic performance. American College of Sports Medicine, American Dietetic Association, and Dietitians of Canada. Med Sci Sports Exerc 2000, 32(12):2130-2145.

Tarnopolsky M: Protein requirements for endurance athletes. Nutrition 2004, 20(7-8):662-668.

Commentary. International Society of Sports Nutrition position stand: protein and exercise. B Campbell, R B Kreider, T Ziegenfuss, P La Bounty, M Roberts, D Burke, J Landis, H Lopez and J Antonio. Journal of the International Society of Sports Nutrition 2007, 4:8.

Knight EL, Stampfer MJ, Hankinson SE, Spiegelman D, Curhan GC: The impact of protein intake on renal function decline in women with normal renal function or mild renal insuffi- ciency. Ann Intern Med 2003, 138(6):460-467.

Lemon PW: Beyond the zone: protein needs of active individ-uals. J Am Coll Nutr 2000, 19(5 Suppl):513S-521S.

A H. Manninen. High-protein weight loss diets and purported adverse effects: where is the evidence? Sports Nutrition Review Journal. 1(1):45-51, 2004.

Metges CC, Barth CA: Metabolic consequences of a high dietary-protein intake in adulthood: assessment of the available evidence. J Nutr 2000, 130(4):886-889.

Brenner BM, Meyer TW, Hostetter TH: Dietary protein intake and the progressive nature of kidney disease: the role of hemodynamically mediated glomerular injury in the patho- genesis of progressive glomerular sclerosis in aging, renal ablation, and intrinsic renal disease. N Engl J Med 1982, 307(11):652-659.

Calderon JL, Zadshir A, Norris K: A survey of kidney disease and risk-factor information on the World Wide Web. Med Gen Med 2004, 6(4):3.

Lindheimer MD, Katz AI: Physiology and Pathophysiology. In Renal physiology and disease in pregnancy 2nd edition. Edited by: Seldin DW, Giebisch G. New York , Raven Press ; 1992:3371–3431.

Food and Nutrition Board, Institute of Medicine: Macronutrient and Healthful Diets. In Dietary Reference Intakes for Energy, Carbohydrate, Fiber, Fat, Fatty Acids, Cholesterol, Protein, and Amino Acids (Macronutrients) Washington, D.C., The National Academies Press; 2002:609-696.

St. Jeor ST, Howard BV, Prewitt E et al. Dietary protein and weight reduction: A statement for health care professionals from the Nutrition Committee of the Council on Nutrition, Physical Activity, and Metabolism of the American Heart Association. Circulation 2001;104:1869-1874.

Street C. High-protein intake – Is it safe? In: Antonio J, Stout JR, eds. Sports Supplements. Philadelphia: Lippincott Williams & Wilkins, 2001, pp. 311-312.

Walser M. Effects of protein intake on renal function and on the development of renal disease. In: The Role of Protein and Amino Acids in Sustaining and Enhancing Performance. Committee on Military Nutrition Research, Institute of Medicine. Washington, DC: National Academies Press, 1999, pp. 137-154.

Poortmans JR, Dellalieux O. Do regular high-protein diets have potential health risks on kidney function in athletes? Int J Sports Nutr 2000;10:28-38.

Lentine K, Wrone EM. New insights into protein intake and progression of renal disease. Curr Opin Nephrol Hypertens 2004;13:333-336.

Campbell A. Tackling “diabesity” head-on. Joslin Diabetes Center’s new nutrition guideline. Diabetes Self Manag 2005;22:40, 42–4.

H Frank, J Graf, U Amann-Gassner, R Bratke, H Daniel, U Heemann, and H Hauner. Effect of short-term high-protein compared with normal-protein diets on renal hemodynamics and associated variables in healthy young men Am J Clin Nutr 2009;90:1509–16.

Lew SW, Bosch JP. Effect of diet on creatinine clearance and excretion in young and elderly healthy subjects and in patients with renal disease. J Am Soc Nephrol 1991;2:856–65.

Brandle E, Sieberth HG, Hautmann RE. Effect of chronic dietary protein intake on the renal function in healthy subjects. Eur J Clin Nutr 1996;50: 734–40.

Wiegmann TB, Zlomke AM, MacDougall ML, Kipp DE. Controlled changes in chronic dietary protein intake do not change glomerular filtration rate. Am J Kidney Dis 1990;15:147–54.

Bosch JP, Lew S, Glabman S, Lauer A. Renal hemodynamic changes in humans: response to protein loading in normal and diseased kidneys. Am J Med 1986;81:809–15.

Solerte SB, Rondanelli M, Giacchero R, et al. Serum glucagon concentration and hyperinsulinaemia influence renal haemodynamics and urinary protein loss in normotensive patients with central obesity. Int J Obes Relat Metab Disord 1999;23:997–1003.

Barba G, Cappuccio FP, Russo L, Stinga F, Iacone R, Strazzullo P. Renal function and blood pressure response to dietary salt restriction in normotensive men. Hypertension 1996;27:1160–4.

Ikizler TA. Nutrition support and management of renal disorders. In: Bronner, F. ed. Nutritional Aspects and Clinical Management of Chronic Disorders and Diseases. Boca Raton, FL: CRC Press, 2003, pp. 156-175.

Klahr S, Levey AS, Beck GJ et al. The effects of dietary protein restriction and blood-pressure control on the progression of chronic renal failure. N Engl J Med 1994;330:877-884.

American Diabetic Association. Evidence-based nutrition principles and recommendations for the treatment and prevention of diabetes and related complications. Diabetes Care 2002;25:S50-S60.

Gannon MC, Nuttall FQ, Saeed A et al. An increase in dietary protein improves the blood glucose response in persons with type 2 diabetes. Am J Clin Nutr 2003;78:734-41

Cooper C, Atkinson EJ, Hensrud DD et al. Dietary protein intake and bone mass in women. Calcif Tissue Int 1996;58:320-325.

Geinoz G, Rapin CH, Rizzoli R et al. Relationship between bone mineral density and dietary intakes in the elderly. Osteoporos Int 1993;3:242-8. 38. Michaelsson K, Holmberg L, Mallmin H. Diet, bone mass, and osteocalcin: a cross-sectional study. Calcif Tissue Int)1995;57:86-93.

Kerstetter JE, O ́Brien KO, Insogna KL. Dietary protein affects intestinal calcium absorption. Am J Clin Nutr 1998;68:859-865.

Kerstetter JE, Svastislee C, Caseria D et al. A threshold for low-protein-diet-induced elevations in parathyroid hormone. Am J Clin Nutr 2000;72:168-173.

Giannini S, Nobile M, Sartori L et al. Acute effects of moderate dietary protein restriction in patients with idiopathic hypercalciuria and calcium nephrolithiasis. Am J Clin Nutr 1999;69:267-271.

Schurch MA, Rizzoli R, Slosman D et al. Protein supplements increase serum insulin-like growth factor-I levels and attenuate proximal femur bone loss in patients with recent hip fracture: A randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Annals Internal Med 1998;128:801-809.

Avenell A, Handoll H. Nutritional supplementation for hip fracture aftercare in the elderly. Cochrane Database Syst Rev 2004;1:CD001880.

Ginty F. Dietary protein and bone health. Proc Nutr Soc 2003;62:867-76.

Dawson-Hughes B, Harris SS, Rasmussen H et al. Effect of dietary protein supplements on calcium excretion in healthy older men and women. J Clin Endocrinol Metab 2004;89:1169-73

Obarzaneck E, Velletri PA, Cutler JA. Dietary protein and blood pressure. JAMA 1996;275:1598-1603.

Reed D, McGee D, Yano K, Hankin J. Diet, blood pressure, and multicollinearity. Hypertension 1985;7:405-410

Zhou B, Wu X, Tao SQ. Dietary patterns in 10 groups and the relationship with blood pressure. Collaborative Study Group for Cardiovascular Diseases and their Risk Factors. Chin Med J 1989;102:257-261

Stamler JS, Caggiuala A, Grandist GA. Relationship of dietary variables to blood pressure (BP) findings of the Multiple Risk Factors Intervention Study (MRFIT). Circulation 1992;85:867, Abstract 23.

Kuchel O. Differential catecholamine responses to protein intake in healthy and hypertensive subjects. Am J Physiol 1998;R1164-R1173.

Hu FB, Stampfer MJ, Manson JA et al. Dietary protein and risk of ischemic heart disease in women. Am J Clin Nutr 1999;70:221-227.

Navder KP, Lieber CS. Nutritional support in chronic disease of the gastrointestinal tract and the liver. In: Bronner, F. ed. Nutritional Aspects and Clinical Management of Chronic Disorders and Diseases. Boca Raton, FL: CRC Press, 2003, pp. 45-68.

Volek JS, Sharman MJ, Love DM et al. Body composition and hormonal responses to a carbohydrate-restricted diet.Metabolism 2002;51:864-870

Srivastava N, Singh N, Joshi YK. Nutrition in management of hepatic encephalopathy. Trop Gastoenterol 2003;24:59-62

Feinman RD, Fine EJ. Thermodynamics and metabolic advantage of weight loss diets. Metab Synd Relat Disord 2003;1:209-219.

Voir l'étude complète

Sélectionnez Pays x

Choisissez votre ville ou votre pays

  • Österreich
  • Australia
  • Brasil
  • Canada
  • Canada (Français)
  • Schweiz
  • Suisse (Français)
  • Svizzera (Italiano)
  • Deutschland
  • España
  • France
  • Great Britain
  • Usa
  • Usa (Español)

Choisissez au moins une ville ou un pays

je confirme